Urgence leadership : les leaders ont besoin d’espace !

Du recul, du soutien et de la perspective : voilà les besoins les plus exprimés par mes clients.

18 mois de confinement ont demandé un effort d’adaptation exceptionnel aux managers et aux leaders. Et ce n’est pas fini. Le business doit surmonter la crise ou capitaliser sur les opportunités ouvertes par cette dernière, les modes de travail sont à réinventer, les aspirations individuelles ont évolué… L’accompagnement de ces transformations est un challenge formidable qui, en toute logique, devrait tenir une place de choix dans l’agenda des leaders.

Vraiment ?

Félicie est cadre dirigeante dans un groupe international.

Elle a fait toutes les formations au management et au leadership possible. Elle croule sous le feedback, les 360, les indicateurs psychométriques qui dissèquent ses comportements par le menu. Quand le groupe a entrepris sa transformation culturelle, elle a travaillé « son ombre de leader », pour être la plus exemplaire possible des comportements encouragés par la nouvelle culture. Elle est appréciée de ses pairs, de ses équipes, elle est écoutée dans sa profession.

 

Dix-huit mois de COVID ont profondément bousculé son leadership

  • Le niveau d’exigence de l’entreprise ne faiblit pas, bien au contraire : il faut mettre les bouchées doubles pour sortir de la crise.
  • Le niveau d’engagement de son équipe bat de l’aile, alimenté par un désir d’autres modes de vie moins gourmands en temps de transports, de reporting, de réunions sans grande valeur ajoutée.
  • Les moyens qu’elle avait mis en place pour assurer le fonctionnement harmonieux de ses équipes au bureau ne fonctionnent pas bien à distance, moins encore en hybride.
  • Le niveau d’écoute de l’entreprise aux besoins des individus ne lui a jamais paru aussi faible.
  • Sa solitude de leader, phénomène bien connu depuis longtemps, a pris des proportions inédites.
  • Le Codir n’est pas le lieu où elle peut partager quoi que ce soit d’autre que des bonnes nouvelles et des solutions bien packagées, c’est bien connu.
  • Ses budgets de team-building et de formation ont été coupés.
  • Son niveau de fatigue ne cesse de s’aggraver, même au retour des vacances d’été.
  • Certains jours, elle se sent enfermée, seule, dans une prison dorée dont elle a déjà fait mille fois le tour.

 

Félicie n’est pas seule à avoir besoin d’espace(s)

Pratiquement tous les leaders que j’ai accompagnés depuis 18 mois expriment des situations comparable, sinon similaires. Et ne comptent que sur eux-mêmes pour y faire face. De fait, ce n’est pas une formation de plus, porteuse de son lot d’injonctions, ou une « solution » technique supplémentaire qui va les aider. Ce dont ces personnes ont besoin, c’est d’espace.

  • De l’espace pour prendre du recul,
  • De l’espace pour penser,
  • De l’espace pour faire le tri entre les priorités qui s’accumulent,
  • De l’espace pour trouver le bon équilibre tête – cœur – mains dans une situation donnée,
  • De l’espace pour retisser des relations d’équipe distendues par le travail à distance,
  • De l’espace pour imaginer de nouvelles façons de travailler qui répondent aux impératifs de l’entreprise tout en tenant compte des aspirations des individus,
  • De l’espace pour trouver des solutions aux challenges de l’époque, sans être pressés par la nécessité d’avoir trouvé la solution avant d’avoir posé le problème,
  • De l’espace pour s’écouter et être écoutés.

 

Mon approche du coaching de dirigeants offre trois espaces aux fonctions distinctes

Un espace individuel et confidentiel

Dans un monde quadrillé par les KPI, le feedback, les 360° et les indicateurs psychométriques, les leaders ont parfois besoin de tomber le masque. Et de faire le tri entre toutes les injonctions, fatalement contradictoires, envoyées par tous ces miroirs. Ce tri est indispensable, faute de quoi les personnes dépensent une quantité excessive d’énergie à se conformer à tous ces critères, au détriment de leurs objectifs business et / ou de leur santé mentale. L’espace de coaching individuel devient de plus en plus indispensable comme lieu de prévention du burn-out des dirigeant.e.s,

C’est un espace d’où les dirigeant.e.s ressortent plus clair.e.s sur leurs priorités, recentré.e.s sur l’essentiel et motivé.e.s pour agir.

 

Un espace collectif, entre pairs

Des rencontres entre leaders qui ne travaillent pas ensemble au quotidien constituent un espace précieux pour rompre la solitude des dirigeants et trouver des ressources pour faire face aux situations qu’ils rencontrent. C’est un espace sécurisé, où il est possible d’évoquer ses difficultés sans prendre de risque politique ; c’est un espace d’écoute, qui laisse aux idées la place nécessaire pour se former, s’exprimer, s’enrichir mutuellement.

C’est un espace dont les leaders sortent renforcé.e.s grâce aux échanges d’expérience, soutenu.e.s par le groupe, et inspiré.e.s par des idées qui correspondent à leur réalité et leurs priorités du moment.

 

Un espace collectif, avec son équipe

18 mois d’éloignement ont fait apparaître de nouveaux besoins d’organisation au sein des équipes et de nouvelles aspirations des individus. Beaucoup de salarié.e.s ont gagné en autonomie pendant les confinements successifs, et ne sont pas prêts à rendre cette liberté à une entreprise trop centralisatrice : 30% des DRH se disent confrontés à ces aspirations-là, nous dit l’ANDRH. D’un autre côté, la levée de l’obligation du télétravail amène beaucoup d’entreprises à revenir à des modes de fonctionnement fortement dominés par le présentiel, en délaissant un peu vite les gains d’efficacité, parfois appréciables, opérés pendant les confinements.

Autant les leaders ont besoin de savoir où ils vont avant d’engager des discussions avec leurs équipes sur ces sujets, autant ces discussions sont indispensables si les entreprises veulent conserver, ou plutôt rétablir un niveau satisfaisant d’engagement.

Cet espace est indispensable pour recréer du lien, chercher de nouveaux équilibres entre impératifs organisationnels et aspirations individuelles, et retenir les talents.

Un business case à construire ensemble.

Ces espaces ont un coût, en temps et en argent, c’est indéniable. Mais combien vous coûtent, en temps, en argent et en image les arrêts maladies, le turn-over, le désengagement des collaborateurs à tous les niveaux ?

La disparition du temps et des frais de déplacement ont ouvert de nombreuses possibilités alternatives pour offrir des espaces d’écoute et de soutien adaptés aux besoins des managers et des leaders. Contactez-moi et réfléchissons-y ensemble !