Coaching autour du monde : ce que le Corona Virus m’a appris sur le télétravail

Le lien entre les individus et l’entreprise est fragilisé par la distance.

A Hong Kong où le Corona virus sévit autrement plus méchamment que chez nous, les entreprises encouragent leurs employés à travailler davantage chez eux. Cette actualité a inspiré un article  à mon confrère Tommy Chan PhD PCC , qui m’a fait prendre conscience que nous sommes, en France, encore au tout début de notre apprentissage de ce mode d’organisation du travail. 

Dans la mesure où le coaching systémique s’intéresse à l’être humain dans son environnement, j’ai été interpellée par ce retour d’expérience d’un pays où le télétravail est bien plus ancien et ancré que chez nous. Je remercie Tommy de m’avoir autorisée à m’inspirer de son travail.

Le télétravail est comme toutes les organisations du travail, il comporte des risques importants pour la santé.

En France, y compris dans des travaux de recherche récents, les risques du télétravail sont le plus souvent associés à l’effacement de la frontière vie pro / vie perso et à la perte de l’appartenance au groupe. Dans son article, mon confrère asiatique met l’accent sur les effets d’un isolement prolongé. Il identifie :

  • Des risques psychologiques : isolement, perte du sens des responsabilités, baisse d’humeur, dépression, ennui, irritabilité, anxiété, risque accru de TOC, de claustrophobie, de ralentissement des fonctions cognitives telles que la mémoire ou la concentration.
  • Des risques accrus de pratiques nuisibles à la santé comme la consommation excessive d’alcool, de tabac ou de nourriture. Ces consommations sont bien connues des systémiciens pour éviter des émotions négatives, comme celles que provoque la solitude.

Au-delà des conseils spécifiques à la crise épidémique qui n’est pas d’actualité chez nous, je suis intéressée en tant que coach par la liste des conseils qu’il donne aux salariés qui travaillent de chez eux et aux entreprises pour limiter les risques du télétravail à haute dose.

Conseils aux employés : faire tout ce qui est possible pour garder le moral.

Etat d’esprit

• Se concentrer sur les objectifs, les tendances positives
• Profiter d’un ralentissement de l’activité pour s’occuper de stratégie, de long terme

Comportements

• Partager ses émotions avec son entourage
• Ecouter de la musique et des chansons joyeuses
• Dessiner et peindre davantage
• Jouer avec des enfants et des animaux
• Lire ou écouter des livres de développement personnel
• Limiter son exposition aux médias d’info continue
• Restreindre les relations avec les gens négatifs
• Ne pas prendre de décisions importantes en situation de détresse
• Faire de l’exercice et des étirements
• Maximiser son exposition au soleil et à la nature
• Cultiver et prendre soin de plantes
• Rechercher la bonne humeur, notamment en regardant des comédies.

Je ne sais pas pour vous, mais cette liste m’a fait tiquer à plusieurs reprises. Je l’ai reproduite intégralement parce que si elle ne me convient pas, alors à quoi ressemblerait ma liste des choses qui me font rester positive ? Mon hygiène de vie d’indépendante est-elle optimisée pour travailler seule pendant de longues périodes ? Honnêtement, non. C’est l’occasion de mettre à jour seulement ma liste mais aussi mon agenda.

Conseils aux entreprises : prenez soin du moral de vos salariés à distance.

Il est impératif, reprend Tommy, que les entreprises ne ratent pas une occasion de prendre soin de leurs employés, y compris à distance. Là encore, j’évacue les mesures liées à l’épidémie pour me concentrer sur la responsabilité de l’entreprise en matière d’organisation du télétravail.

• Rythmer la journée par des vidéoconférences,
• Montrer l’exemple d’un état d’esprit et de comportements positifs,
• S’appuyer sur les équipes et les gens qui vont bien pour soutenir le moral de tous,
• Organiser des petits groupes d’entraide, d’écoute et de soutien mutuel.

Cette liste est une bonne base pour interroger la relation entre mes clients qui travaillent beaucoup à distance et leur entreprise. De quoi ont-ils besoin pour maintenir le lien ?

 

Mes apprentissages

Le télétravail à haute dose, c’est une hygiène de vie personnelle autant que des liens à réinventer entre l’individu et l’organisation. Beaucoup reste à faire en s’intéressant aux interactions du quotidien.

A lire aussi

VAYRE, Émilie et DELFOSSE, Caroline. Les enjeux psychosociaux du télétravail: comment accompagner les organisations?. Le Journal des psychologues, 2019, no 5, p. 22-26.

VAYRE, Émilie. Les incidences du télétravail sur le travailleur dans les domaines professionnel, familial et social. Le travail humain, 2019, vol. 82, no 1, p. 1-39.

 

 

 

Post-scriptum

 J’ai appris cette semaine que mon complice Albert prenait sa retraite. Pendant 25 ans, ses dessins ont égayé des supports de formation ou détendu l’ambiance de réunions difficiles. Depuis des années maintenant, il s’était installé à la campagne en télétravail et je ne le voyais plus que de loin en loin. En recevant sa carte de « vœux-départ en retraite », je n’ai pas pu m’empêcher de penser :  « ce qui est dommage avec le télétravail, c’est qu’on ne peut pas organiser de pots de départ aux copains qui partent ». Bonne retraite Albert, j’ai adoré ton trait juste et doux et ta discrétion malicieuse.

Albert, autoportrait à la guitare et au téléphone (le titre est de moi).